Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 09:00
Ce matin-là dans le métro je suis assis entrain de lire le journal ; rien de plus banal...
Puis, monte une jeune personne qui s'assied à côté de moi... je continue ma lecture ...
Elle sort de son sac un Iphone ; c'est génial ces petites choses : on peut se connecter partout sur Internet , ce qu'elle fait . Je reconnais la page de garde de Google , les couleurs bleu jaune rouge et vert attirent mon oeil puis elle tape sa recherche . Et là grand moment d'étonnement sur l'écran : "Pierre Cuisine" le vert de la bannière du blog  !!! Bouffée de chaleur, rougissements, Oooups  je ne l'ai pas encore regardée..  j'ose pas ... telle l'autruche j'enfouis ma tête dans le journal "qu'est ce que je fais ?? je lui dis ou pas?  c'est moi Madame ..c'est Moi !!!" .
Bon je me lance ... je vais me présenter j'ouvre la bouche et  ...
"France-info il est 6h30 bon réveil, les informations avec...."""


La recette,elle est bien réelle avec un vrai fruit de saison : la figue !




Ingrédients
Par assiette
Biscuits secs à la framboise en quantité suffisante
2 cuillères à soupe de mascarpone
1 jaune d'oeuf
1 cuillère à soupe rase de sucre
10 cl de crème fleurette
1/2 feuille de gélatine
2 figues
2 cuillères à soupe de gelée de coquelicot
1/2 feuille de gélatine

Biscuit écrasé
Mettre les biscuit à la framboise dans un sac de congélation; le fermer puis avec un rouleau à pâtisserie rouler sur le sac pour bien écraser les biscuits. Dans un cercle de pâtisserie ,étaler et bien tasser  avec le dos d'une  cuillère le biscuit écrasé. Mettre au frais.

Mousse de mascarpone
Réhydrater chacune des  demi feuilles de gélatine séparément dans une grande quantité d'eau froide.
Dans un jatte fouetter le jaune avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.
Ajouter le mascarpone ainsi que les figues épluchées et écrasées au préalable à la fourchette.
Prélever une cuillère à soupe de crème liquide des 10cl et la faire chauffer. Y ajouter une demi feuille de gélatine bien essorée. Lalaisser fondre. L'ajouter dans la préparation au mascarpone.
Monter la crème fleurette en crème mousseuse.
Mélanger les deux masses : crème et mascarpone à la figue.
Ajouter la prpéparation sur le biscuit dans le cercle; bien lisser le sommet.
Entreposer au réfrigérateur pendant au moins deux heures.

Gelée de coquelicot
Dans une casserole faire chauffer la gelée de coquelicot ; lorsqu'elle est bien fondue ajouter l'autre demi feuille de gélatine bien essorée;  laisser tiédir . Lorsque la gelée commence à prendre la verser dans le cercle sur la mousse mascarpone et figues.
Remettre au frais pour deux heures.

Dressage
10 minutes avant le service, sortir le cercle du réfrigérateur ; décercler doucement .


 Ah , c'est bon de rêver!!!!





















Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 09:00
Obama a bien du mal à faire accepter sa réforme du système de santé aux États-Unis ; aussi s'est-il armé d'un slogan que tous ces supporters clament ensemble : Yes we will !  Yes we will ! " .
Barak a bien senti le filon de la devise gagnante car après le "Yes we can !" de la campagne électorale nous avions eu droit à  un "Yes we did!"  célébrant la victoire.
Et bien moi  sur cette vague porteuse je dis :  "Yes we cook" !
Et on cuisine ...les produits de saison : les étals des marchés nous proposent les arrivages automnaux alors on se rue dessus !!  Et on ose mélanger le poisson avec des prunes et des girolles !!!!





Ingrédients
Pour 4 personnes
4 morceaux de cabillaud
6 prunes,
QS de girolles (dans les recettes de cuisine QS veut dire Quantité suffisante)
10cl de bouillon
10 cl de crème fleurette
2 pincées de paprika
2 cc (cuillère à café ) de lécithine de soja
Beurre, sel, poivre

Les girolles
Bien nettoyer les girolles en les essuyant une par une avec du papier absorbant ; on ne les lave pas à l'eau car sinon vos girolles seront gorgées d'eau ; et oui les girolles ça se mérite!!! 
Les faire rissoler dans une poêle avec du beurre sous feu moyen. Au bout de quelques minutes, réserver.  

Le cabillaud
Faire chauffer le four à Th 9 .
Dans un plat qui va au four , placer les morceaux de cabillaud natures et les faire cuire 8 à 10mn (cela dépend de votre four) mais la chair doit être blanche et nacrée.

Les prunes
Dans une poêle faire fondre du beurre ; couper chaque prune en  quatre quartiers ; passer les prunes dans le beurre chaud 30s déglacer au Banyuls et sortir de suite du feu pour que les prunes ne se défassent pas . Réserver. 

L'émulsion de paprika
Pendant que le poisson cuit , verser dans un grand récipient (style cocotte minute) le bouillon chaud, la crème réchauffée, le paprika et la lécithine de soja. Mixer au "Plongeur" incliné à 45° pour faire rentrer le maximum d'air . La mousse arrive au bout de quelques secondes! Réserver.

Le dressage
Dans l'assiette de service , déposer le poisson , quelques quartier de prunes sur le dessus, les girolles sur le  côté, remixer une dernière fois l'émulsion puis l'ajouter sur le poisson et les prunes. Saler et poivrer à votre convenance.


Et maintenant vous pouvez dire "Yes I am great !!!" et inviter Barak à votre table !!!




Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 09:00
Lorsque les Croisés sont revenus de la Terre Sainte, ils avaient rapporté de Syrie des prunes inconnues jusqu'à alors en Occident . Le roi en colère aurait alors dit  : "vous avez tout ce voyage pour des prunes?"  De là viendrait l'origine de l'expression synonyme de : rien.
Au Moyen Age une prune bien placée équivalait à un mauvais coup ; l'argot Québécois ne traduit-il pas  une prune par une ecchymose ? un peu comme nous d'ailleurs lorsqu'on en reçoit une sur le pare-brise de la voiture : Ouille!

Chez Pierre Cuisine point de douleur avec ce dessert  de mirabelles ! et même si elles sont blondes, elles comptent bien pour des prunes!






Ingrédients
Pour 4 personnes
100g de riz rond
80cl de lait entier
2 petits jaunes d'oeufs (ou un gros )
80g de sucre
10 capsules de cardamome verte
50g de crème fouettée
4 mirabelles par personnes
10cl de vin de Maury ou Banyuls
10g de beurre



Le riz au lait à la cardamome

Faire chauffer le four th5.
Mettre le riz dans une casserole, couvrir d'eau froide et porter à ébullition. Égoutter et rafraîchir .

Porter à ébulittion le lait avec la moitié du sucre et les capsules de cardamome ouvertes (on tape sur les capsules avec une planche ou la lame d'un couteau  juste pour les ouvrir) .
Bien faire infuser  pendant une vingtaine de minutes. Passer au chinois afin de ne pas garder les capsules de cardamome puis verser le riz dans la casserole contenant le liquide et éteindre le feu.
Mettre le riz dans un plat à gratin et couvrir d'une feuille aluminium et faire cuire 30 mn au four.
Remuer de temps en temps le riz avec une cuillère pour éviter qu'une croûte ne se forme.

Dans un saladier bien froid monter la crème fleurette en crème mousseuse.
Dans un autre saladier, battre les jaunes d'oeufs avec le reste de sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.
Verser le riz cuit sur ce mélange , bien remuer et ensuite ajouter la crème mousseuse.
Réserver le tout dans un grand saladier puis direction  ...le fridge!

Les Mirabelles luisantes
Bien laver les mirabelles et les essuyer.
Dans une poêle  faire fondre le beurre et un tout petit peu d'huile d'olive (cela permet au beurre de ne pas noircir car la température est moins élevée). Lorsque le beurre est fondu, ajouter les mirabelles entières et les faire rouler dans la poêle pendant 30 secondes. Déglacer au vin de Maury ou Banyuls. Réserver.

Dressage
Sortir du fridge le riz au lait 15mn avant le service.
Mouler le riz dans des cercles (ou ici dans un emporte pièce en forme de parallélépipède) ; bien lisser le dessus puis déposer les mirabelles tiédies.

D'autres recettes avec des prunes ....mais pour plus tard !!!!!




Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 09:00
Des touristes suédois se sont trompés cet  été en tapant sur leur GPS 'Carpi" au lieu de "Capri" et ne se sont rendus compte de l'erreur que lorsque l'environnement industriel de cette ville du nord de l'Italie ne correspondait pas aux beautés vantées par l'île dans ses catalogues .
Cela m'a rappelé cette histoire où des touristes américains sont arrivés à l'aéroport de Rodez en France en croyant visiter l'île grecque de Rhodes ou bien ces touristes belges en confondant le tunnel du Fréjus avec la ville du même nom leur a valu un grand voire immense détour!
Non, ce n 'est pas bien de rigoler : des erreurs on en fait tous et pas n'importe qui : Christophe Colomb par exemple  ou bien les soeurs Tatin pour rester dans le domaine culinaire.

Mais vous, vous avez bien fait car vous êtes bien sur Pierre Cuisine ; alors profitez-en avec une recette estivale aux accents de la Provence et de l'Italie!!










Ingrédients
pour 4 personnes
1 concombre
10cl de lait entier
1 bouquet de basilic
2 glaçons
1 cuillère à soupe de ricotta par personne
1 cuillère à café de tapenade
QS de tomates confites
1 gressin par personne

Le gazpacho de concombre au basilic
Peler le concombre puis le mixer dans le blender avec le lait les glaçons et le basilic ciselé.
Bien mixer afin d'avoir un mélange homogène (mais le côté grumeleux est sympa pour ceux qui aiment).
Réserver au réfrigérateur.

Les quenelles de ricotta
Dans un bol  malaxer à la fourchette la ricotta, la tapenade et les tomates confites. il n'est pas nécessaire de saler car la tapenade est suffisamment salée.
Façonner des quenelles à l'aide deux cuillères à soupe.

Dressage
Dans l'assiette de  service verser le gazpacho de concombre au basilic bien frais; déposer deux quenelles de ricotta et un gressin .

Allez... encore une dernière : cette touriste anglaise qui a confondu cet été en Alsace "Hôtel de Ville" avec "Hôtel" tout court et qui s'est retrouvée enfermée pour une nuit lorsque la session du conseil municipal s'est  finie!

Et vous, quelle est la dernière grosse bêtise que vous avez faite?

Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Entrée
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 09:00

Jurer fait du bien.
Une étude très sérieuse de l'Université britannique de Keele a récemment démontré tout le réconfort que pouvaient apporter les gros mots .
Des étudiants en psychologie de cette Université l'ont expérimenté en plongeant leur main dans de l'eau glacée ; deux groupes ont été définis : ceux qui pouvaient jurer et ceux qui ne le pouvaient pas ; il s'est avéré que la résistance à la douleur provoquée par le froid était plus grande dès que l'on s'exprimait par jurons!
Un autre aspect intéressant est que cela marche encore mieux sur les femmes ; la raison est simple : en effet elles jurent moins que nous, les hommes (c'est bien vrai ça?) ; ainsi la rareté des grossièretés permet d'avoir plus d'effet sur la douleur.  Conclusion : moins on jure dans la vie courante plus ça marche contre la douleur!
Quelle leçons en tirer dans le domaine culinaire?
Lorsque vous Mesdames vous sortez un gratin du four en oubliant la manique ou le gant, ou quand vous vous coupez un doigt en coupant la mozzarella qui vient de glisser : Allez- y, exprimez-vous... plus  fort !!! Oui ! c'est bon ça !
Pour nous Messieurs, un seul mot d'ordre : &§$?%@ !!!

Et point de blasphèmes pour cette recette qui clôt le chapitre sur les pêches !!!



Ingrédients
pour 4 personnes
20 cl de crème fleurette entière
50/75g de nougat artisanal
1/2 feuille de gélatine
4 pêches jaunes
50g de farine
50g de beurre
50g de poudre de noisettes

Crémeux nougat
Concasser la barre de nougat en morceaux.
Faire chauffer la crème fleurette et y ajouter les morceaux de nougat. Attendre le premier bouillon. Laisser infuser le maximum de temps. Cela peut être même une nuit ; plus l'attente est longue plus la préparation aura du gout .
Réhydrater la demi feuille de gélatine dans de l'eau bien froide.
Réchauffer la crème au nougat puis la passer au chinois (ceci n'est pas obligatoire ; on peut laisser les morceaux d'amandes du nougat si on aime). Lorsque la  crème est chaude, ajouter la feuille de gélatine auparavant essorée entre les mains (propres). Bien remuer et verser dans les verrines de présentation. Direction: le fridge! Le crémeux ici n'est pas une panacotta car plus fluide ; pour plus d'effet  solide, augmenter la dose de gélatine.


Les pêches jaunes
Peler les fruits (si cela est difficile ,les ébouillanter 30s), puis les couper en gros morceaux.
Dans une casserole les faire compoter rapidement ; attention pas trop longtemps , il faut qu'on retrouve les fruits (ce n'est pas de la compote!) ; laisser refroidir.


Le crumble
Faire chauffer le four th 7/8
Dans une jatte, malaxer la farine, le beurre le sucre et la poudre de noisettes.
Émietter le tout sur du papier sulfurisé posé sur une plaque.
Faire brunir au four quelques minutes (on surveille!!!)
Laisser refroidir à l'air ambiant.

Dressage
Sortir la verrine 10mn avant le service ; déposer sur le dessus un peu de pêches puis finir en parsemant le crumble .

Et maintenant, vous pouvez  jurer de nouveau !



Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 09:00

Je devrais jouer au loto car j’ai trop de chance ; je viens encore d’en avoir le témoignage.

 

J’avais, il y a quelques temps envoyé, un message de sympathie à Lilian Bonnefoi, chef pâtissier du restaurant de l'Eden Roc à Antibes après avoir maltraité une de ses recettes, c’etait ici ; avec gentillesse il m’avait répondu et m’avait invité à venir le voir si je passais dans la région ; coup du hasard (je devrais vraiment jouer ) je me trouvais à Antibes la semaine dernière ; rdv est pris  .

Aurais-je connu de mon vivant le Paradis ? En allant au restaurant de l’Eden Roc  situé  au bout du cap d’Antibes je l’ai sûrement approché.

 

Nous (Madame Pierre Cuisine est présente)  sommes accueillis par Lilian Bonnefoi ; je ne vais pas refaire sa biographie tout est ici sur son beau blog ; un tour sur les terrasses surplombants la piscine à débordement et la mer, une explication des différents restaurants (gastronomique, grill,petites cabanes)  des services du midi et du soir puis direction les cuisines où nous sommes accueillis par Arnaud Poëtte le Chef; j’avais déjà consulté son blog et au début j’étais impressionné par l'homme ; mes craintes sont rapidement balayées car avec passion et entrain il nous explique le bon déroulement des postes de cuisines (dont l’entremetier qui s’occupe des accompagnement style risotto..) ; ensuite nous avons eu droit à une leçon de cuisine sur les pâtes ; devant nous un morceau de pâte qui emprisonne des feuilles de cerfeuil comme une impression de parchemin ; c’est visuellement magnifique ; il  suggère de créer des cannellonis à la poudre de homard ; le préposé aux pâtes opine ;  c’est sûr : le plat sera proposé bientôt à la clientèle.

 

Nous continuons notre visite à travers la boulangerie , les viennoiseries, les glaces , les salades de fruits, la pâtisserie où attendent d’être appréciées les verrines toutes en couleur, les gâteaux aux formes parallélépipèdes et le fameux Paris-Antibes tout en ligne droite !

Nous voici devant le vivier où fourmillent les homards bleus au futur ...plus qu’incertain!

 

Puis nous rencontrons M Pellegrin, génial maraîcher de Grasse fournisseur "estampillé Eden Roc" qui apporte ce jour son lot de figues sultanes et remontantes (délicieuses), de menthe , de courgettes violons dont les fleurs serviront aux beignets du même nom ou seront farcies après en avoir ôté le pistil.

 

En point d’orgue, nous finissons par la Chocolaterie et «Charlie-Lilian » devient intarissable sur son nouveau laboratoire : nous goûtons ses œuvres : un délice notamment le chocolat à la figue subtilement craquant !


Au bout d’un heure trente  nous en avons plein les yeux et remercions Arnaud et Lilian pour cet instant privilégié : un patrimoine gastronomique savamment protégé,  le respect des femmes et des hommes qui forment leurs équipes et  la passion commune à ces deux hommes pour  leur métier si exigeant …et pour l’amateur que je suis, une posture et une direction définitivement à suivre…

 

 
Des hommes complices et heureux de travailler ensemble (à gauche, Arnaud Poëtte chef des cuisines et à droite Lilian Bonnefoi  chef pâtissier)

 

Alors Messieurs les chefs, je vous souhaite le meilleur pour le futur tant votre présent atteint déjà des sommets...

Ps : il y a bien une photo avec moi mais celle-la je me la garde....

Repost 0
Published by Pierre cuisine
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 09:00

SOS May Day !

Je suis le four de la cuisine de la maison louée par ce « Pierre Cuisine » : je n’en peux plus !!

J’étais tranquille cet été : en juin des japonais et des américains puis en juillet des allemands : le micro ondes a été plutôt sollicité puis ce maudit « Pierre Cuisine » est arrivé !

Lors de l’état des lieux je n’étais pas tranquille ; contrairement aux autres je l'ai bien vu à travers la vitre : il a bien écouté les instructions de la propriétaire me concernant.

Et c’est parti : trois semaines d'enfer ! des cakes, des pizzas, des gratins, des gâteaux, des tartes et j’en passe ; le plus terrible : des meringues par deux fois : trois heures de cuisson à chaque fois !





Ingrédients

pour 4 personnes

4 pêches pas trop mûres

4 jaunes d’œufs (avec les blancs , on fera par exemple des financiers!)

60g de sucre

5cl de liqueur mimosa (ou liqueur de pêche ou pas de liqueur !)

5cl de champagne (ou vin blanc ou rien du tout !)


Chauffer le grill du four.

Faire chauffer de l’eau dans une casserole ; dès l’ébullition plonger les pêches une par une et les peler.

Garder l’eau chaude qui va vous servir pour le bain marie.

Dans un saladier battre les jaunes d’œufs et le  sucre jusqu’à ce que le mélange mousse bien.

Ajouter les liquides : liqueur et champagne (ou bien les remplacer pas de l’eau) ; puis mettre le saladier dans la casserole d’eau chaude et continuer à battre ; le mélange va doubler de volume.

Le sabayon est prêt au bout de quelques minutes.

Couper les pêches pelées en lamelles et les déposer dans un petit plat à gratin(ou une petit plat à crème brulée). Avec une cuillère, déposer le sabayon mais en ne recouvrant pas totalement les fruits.

Faire cuire sous le grill jusqu’à brunissement (rester à côté du four car cela va toujours très vite ! )

Servir tiède !


J’ai cru comprendre que cette recette est la dernière : ouf ! Je vais enfin me reposer !!  

 

Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 09:00

Moi aussi je l’ai fait en 9s58 !

C’est le temps qu’il m’a fallu pour peler une pêche après l’avoir ébouillantée dans de l’eau ; j’ai un peu valsé car c’était très chaud mais  « I did it »comme l’Eclair Bolt !!

 

Alors, Usain on fait un deal : je t’apprends à cuisiner et toi tu m’apprends  à courir !

Comment ça je suis trop vieux ?!!!

 

 

 

 

Ingrédients

par personne

1 pêche

25cl d’eau

75g de sucre

1 poignée de verveine citronnelle

1 feuille de gélatine

1 tranche de pain d’épices (achetée sur marché provençal : donc très artisanal!)

10 cl de lait entier

1 blanc d’œuf

 

La veille

Dans une casserole , verser le lait puis y ajouter le pain d’épices coupé en petits morceaux.

Faire bouillir laisser refroidir et entreposer une nuit au réfrigérateur.

 

Le jour même 6 heures avant le service

Réhydrater la feuille de gélatine dans une grande quantité d’eau froide.

Dans une autre casserole verser le sucre l’eau et faire bouillir ajouter la verveine citronnelle puis laisser infuser. Filtrer.

Remettre le liquide filtré dans une autre casserole sur le feu et après frémissement ajouter la pêche pelée (on peut peler une pêche après l’avoir ébouillantée dans de l’eau pendant 30s). Faire pocher pendant 10mn. Sortir la pêche.

Prendre une petite quantité de liquide encore chaud et y verser la feuille de gélatine essorée.

Verser la quantité voulue de gelée dans l’assiette de service et centrer la pêche au milieu de l’assiette ; entreposer dans le réfrigérateur pendant  5 heures.

Pendant ce temps, filtrer le lait au pain d’épices avec un chinois ; verser dans le siphon. Ajouter un blanc d’œuf  et remettre au réfrigérateur.

 

Dressage

Au moment du service gazer le siphon avec une cartouche. Bien remuer le siphon.

Dresser l’émulsion de pain d’épices à côté de l’assiette contenant la pêche pochée.

 

Attention cette émulsion est très voluptueuse :  elle ne tient pas longtemps ….alors à vos  chronomètres !!!!

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 09:10

On est les  fils de « Pierre Cuisine » on a envie de parler de « lui » ; euh... pas de Pierre Cuisine, lui on s’en fiche on l’a tout le temps sur le dos !

 

Non lui c’est notre oncle Alain :   un peu de George Clooney, un peu de Brad Pitt on aurait bien voulu  lui ressembler : hélas il a tout pris et Pierre Cuisine a pris le reste et nous avec ! Merci Papa !

On aime bien qu’il nous raconte des histoires sur notre père : qu’est ce qu’on rigole !surtout ça nous donne des billes pour lui répondre quand y’a besoin !


Aujourd’hui c’est une journée spéciale pour Alain  c’est son anniversaire alors Tonton profites-en bien !

On a piqué une recette chez papa et on te l’offre car on sait que tu aimes beaucoup le chocolat alors de la part de Riri FiFi et Loulou « Happy Birthday » !!!

 

 

 

Ingrédients

Pour 4 personnes

3 œufs

120G de beurre

200 g de chocolat

60 g de farine

80 g de sucre

Le coulant

Faire chauffer le four à thermostat 7/8.

Faire chauffer au micro-ondes le chocolat et le beurre pendant 2mn à forte puissance jusqu’à ce que le chocolat soit complètement fondu.

 Dans un saladier mélanger les œufs entiers le sucre jusqu’à ce que le mélange  blanchisse.

Ajouter les deux préparations ; ajouter ensuite la farine.

Verser dans  de petits moules en alu individuels beurrés.

Cuire 8 à 12 minutes (sur mon four des vacances 9mn).

Pulpe d’abricot

Dans un blender mélanger 3 abricots avec 1 cuillère de sucre glace. Réserver au réfrigérateur.

Dressage

Démouler au moment du service lorsque les coulants ont un peu tiédi. Dresser un cordon de pulpe d’abricot.

 

 

Lorsque la cuillère va couper le coulant, le chocolat va rejoindre l’abricot et hop dans la bouche pour un grand moment de saveur !!!

Pas de place pour les quelques bougies mais tous ensemble on te dit Joyeux Anniversaire !

 

Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 08:57

Quand ils ont quitté leur Bordelais natal, et dès leur arrivée en  banlieue parisienne mes parents ont  planté un mimosa dans leur pavillon, histoire d’avoir un peu de chaleur et de soleil leur rappelant leur terre d’origine ; j’étais enfant quand le mimosa a capoté suite à un hiver rigoureux. Dommage on ne verrait plus alors ces chouettes  petites boules jaunes…

Quelle ne fut ma surprise et ma joie cette semaine lorsque me promenant dans un vieux village varois j’ai trouvé un apéritif au mimosa ;  une jolie petite bouteille au contenu bien jaune (ben pas bleu of course !) qui m’a dit « eh fada ! qu’est ce que t’attends pour m’acheter ?! ».

Ni une ni deux, la bouteille est achetée ; un peu d’imagination  en utilisant le melon local et hop voilà une panacotta qui a ravi la famille ; et pour la photo un joli Bougainvilliers en fond de décor (il n’y a pas que la piscine dans la vie) !

 

 

 

 

 

Ingrédients

 4 personnes

20cl de crème fleurette entière

2 feuilles de gélatine de 2g chacune

1 cuillère à soupe de sucre glace

2 cuillères à soupe d’apéritif parfum Mimosa

1 melon

Quelques pétales de bleuets séchés (pour le fun mais pas obligatoire)

 

La veille

Réhydrater les feuilles de gélatine dans une grande quantité d’eau froide.

Faire chauffer  la crème fleurette avec le sucre glace ; au premier bouillon arrêter la cuisson. Essorer à la main la gélatine et laisser la fondre dans la crème chaude. Ajouter les 2 cuillères d’apéritif au mimosa. Laisser refroidir et verser dans les verrines de présentation.

Dressage

Le lendemain sortir les verrines 15mn avant le service.

Creuser dans le melon quelques billes à l’aide d’une cuillère parisienne (vous savez la petite cuillère avec au bout une  demi sphère).

Déposer les billes de melon sur la verrine et parsemer de quelques pétales de bleuets.

Et le mimosa avec le pastis je vous dis pas « ça le fait peuchère » (euh ça casse aussi !!!)

Repost 0
Published by Pierre cuisine - dans Dessert
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierre cuisine
  • : Une cuisine créative et pleine d'enthousiasme ! Contactez moi à pierre.cuisine@bbox.fr
  • Contact

Profil

  • Pierre cuisine
  • Je cuisine pour m'amuser et régaler mes proches ; j'aime la cuisine inventive , découvrir de nouvelles saveurs et de nouveaux modes de cuisson. Contactez moi à pierre.cuisine@bbox.fr

Recherche

Paris will always be Paris

Arrondissement - District

1st           11th

2nd          12th

3rd

4th 

5th

6th

7th

8th

9th

10th

13th

 

 

 

 

Catégories